Football Australien PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Stéphane   
Lundi, 16 Octobre 2006 09:36

Suite à mon message évoquant la finale de football Australien, voici un texte rédigé par Xavier et publié sur le forum d’Australia-australie.com. Ce document permet de mieux comprendre les différents éléments du jeu.

Merci à Xavier pour son autorisation d’utilisation du texte ; pour plus d’infos c’est par ici

Historique 

Le football australien est une variation des divers jeux de football pratiqués par les universités anglaises, au milieu 19ième siècle. En 1858, Tom Wills retourne à Melbourne après des études en Angleterre où il était le capitaine de l’équipe de rugby, en plus d’être un brillant joueur de cricket. Il décide de créer un jeu qui permettrait aux joueurs de cricket de maintenir leur condition physique pendant l’hiver.

Ce jeu va garder le nom de Football et prendre de l’ampleur dans toute la ville de Melbourne puis s'étendre à tout le territoire de Victoria. En 1866 les règles du jeu sont enfin finalisées. Celles-ci s'inspirent de celles du « rugby – football », appliquées en Angleterre, avec néanmoins de nombreuses modifications comme par exemple « la marque » et par la suite « le rebond ».

En 1877, née la « Victorian Football Association » (VFA) puis plus tard la « Victorian Football League » (VFL). Le football se propage vers les autres colonies australiennes, particulièrement l’Australie méridionale, la Tasmanie et l'Australie occidentale, qui forment à leur tour d’autres ligues. La dominance de la VFL reste importante et peu à peu les meilleurs joueurs la rejoignent ainsi que les clubs. C’est le cas des « West Coast Eagles » de Perth en 1987 puis des « Dockers » de Fremantle en 1995. Finalement la ligue change son nom et devient l’« Australian Football Association » (AFL).

Actuellement, l’AFL compte 16 clubs et représente l'élite du football australien. Les clubs qui n’ont pas rejoins l’AFL continuent à jouer dans les ligues secondaires qui ont survécues (VFA, VFL, SANF, WALF).

Principes du jeu 

Ce jeu de 4 quart temps de 20 minutes, autorise le port du ballon avec les mains, mais le joueur ne peut pas courir avec le ballon en mains plus d'une quinzaine de mètres. Il doit donc passer le ballon ou faire un dribble au sol (pas évident avec un ballon ovale !). Les passes à la main se font en avant ou en arrière avec une technique particulière. En effet, pour que la passe soit validée, le ballon doit être boxé avec le poing (il ne peut pas être jeté).

Les actions de jeu au pied offrent l’avantage de pouvoir envoyer le ballon le plus loin possible dans le camp adverse mais aussi de pouvoir faire des « marks », c'est-à-dire de réceptionner le footy directement avec les mains. Dans ce cas, aucun joueur adverse ne peut attaquer le joueur qui possède le ballon pour le plaquer ou lui prendre le ballon.

Obtenir une « mark » dans la zone de but adverse offre un énorme avantage puisse que le joueur peut alors tirer au but sans être gêné par la défense adverse. Bien sur ce genre de « marks » est très difficile à obtenir car il y a souvent un bon paquet de joueurs prêts à se disputer la réception du ballon.

Les coéquipiers du détenteur du ballon doivent se placer rapidement sur le terrain, en créant un espace suffisant entre eux et leurs adversaires, afin de proposer des options multiples pour une passe au pied ou à la main. Le joueur détenteur du ballon doit en retour anticiper les placements et déplacements de ses coéquipiers sur le terrain. Quant aux des défenseurs, ils essaient de bloquer ces attaques.

Les touches sont effectuées par les arbitres qui lancent le ballon, le dos tourné au terrain de jeu. En cas de mêlée bloquant le ballon au sol, l'arbitre arrête le jeu et procède à un entre-deux en faisant rebondir le plus fortement possible la balle au sol.

Le « footy » est un jeu rapide, rarement interrompu, où tous les coups sont permis lorsque l’adversaire a le ballon entre les mains, (cravates exceptées !). Il y a certes des coups francs mais pas de cartons ; si un joueur commet une faute grave genre un coup de boule à la Zizou, il peut continuer à jouer (aucun joueur ne peut être exclu pendant le match), cependant il sera jugé plus tard par un tribunal sportif qui peut le suspendre pour plusieurs rencontres.

Une originalité supplémentaire tient au fait qu’à chaque extrémité du terrain ovale (165 m de longueur sur 135 m de largeur) les buts sont constitués de quatre poteaux plantés, deux mesurant au minimum 6 mètres de haut, entourés par deux autres de 3 mètres (les deux grands sont distants de 6,4 mètres).

Une balle tirée au pied qui passe entre les deux poteaux centraux rapporte 6 points. Si le ballon est touché par un défenseur avant de passer entre les grands poteaux, le score n’est seulement que d’1 point, d'où la nécessite de tirer le plus haut possible. Si la balle passe entre les poteaux latéraux ou si elle touche l'un des poteaux, le score n’est, également, que d’un seul point.

Ce qui permet aux mauvaises langues de dire que le football australien est le seul sport qui permet d’avoir des points même en ratant un tir…

Autre curiosité, quand la situation est vraiment chaude devant les buts, il est souvent plus avantageux pour un défenseur d'envoyer le ballon dans ses propres buts.

Mieux vaut donner 1 point que d’en perdre 6 !

Position des joueurs 

Une équipe se compose de 22 joueurs (18 sur le terrain et 4 comme remplaçants). Les 18 évoluent partout sur le terrain et ont un adversaire attitré au sein de l’équipe adverse.

Le « Full-forward » (1) s'oppose au « Full-back » adverse (10)

Les deux « Forward pockets » (2) s'opposent aux « Back pockets » adverses (12)

Le « Centre half-forward » (3) s'oppose au « Centre half-back » adverse (9)

Les deux « Half-forward flanks » (4) s'opposent aux « Half-back flanks » (11)

Les deux « Wings » (5), le « Ruckman » (6) le « Ruck rover » (7) et les deux « Rovers » (8) s'opposent à leurs homologues adverses.

Comprendre un score

Fremantle (« Dockers ») : 16.12.108

Perth (« West Coast Eagles ») : 10.15.75

(« Wishful thinking ! »)

Fremantle a marqué 16 buts à 6 points et 12 buts à 1 points, ce qui fait 108 points.

(16X6 + 12X1 = 108) alors que Perth n’a marque que 10 « goals » et 15 « behinds » soit 75 points.

L'exportation du football Australien 

Aujourd'hui, grâce à l'émigration australienne, le « footy » s'exporte sur chaque continent. A l'origine de beaucoup de clubs, il y a souvent un noyau dur d'étudiants ou de résidents australiens. Mais les choses changent et ce sport est train de se structurer afin de pouvoir se développer plus durablement à l'étranger.

Des nouvelles compétitions internationales voient le jour et notamment la tenue d'une Coupe du Monde en Australie, tous les 3 ans, à laquelle, par courtoisie, l’Australie ne participe pas !!! (A noter que les actuels Champions du Monde sont les Néo-Zélandais et que les Champions d’Europe sont les Belges… quelle histoire !)

En France, ce sport a profité d'une petite couverture télé avec la diffusion d'une bonne vingtaine de matches entre le milieu des années 1980 et le début des années 1990. Cette timide exposition médiatique a permis l'amorçage de ce sport en France, tentative restée infructueuse pendant de nombreuses années.

Depuis 2003 le football australien connaît un nouvel essor en France. Des équipes ont vu le jour un peu partout en France, principalement à Strasbourg, Paris, Senlis et Perpignan. Une équipe nationale a même participé à la dernière Coupe d'Europe qui se tenait à Londres.

Liens 

Australian Football Association (AFL)

FootballAustralien.com