Premiers appels en anglais PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Stéphane   
Jeudi, 12 Octobre 2006 10:03

Discuter en anglais n’est pas évident lorsque l’on ne maîtrise pas la langue. J’ai déjà eu l’occasion à plusieurs reprises de vous faire part de mes difficultés de communication due aux problèmes avec l’anglais.

L’étape suivante, tant redoutée, est l’appel téléphonique. Lorsque l’on est en face de la personne, même si s’exprimer est difficile on s’en sort car on a plus le temps, on peut faire des gestes et mimer, éventuellement on peut chercher dans le dictionnaire, etc. Au téléphone, tout cela est impossible. De plus, un blanc de 5 ou 7 secondes n’est pas forcément gênant en face à face mais il peut rapidement le devenir au téléphone. Bref, pas évident ! Il y a une semaine j’évoquais ces difficultés avec une copine qui me disait qu’au début elle essayait au maximum de faire appeler quelqu’un pour elle !

Le 21 octobre se termine mon logement en famille. J’avais en effet demandé seulement 4 semaines pour ne pas « subir » trop longtemps si la famille n’était pas sympathique. Finalement elle est très sympa mais ils ne peuvent pas prolonger car ils ont du monde qui vient chez eux (famille et amis). Je suis donc en train de chercher une collocation, mode de logement très utilisé ici en Australie.

C’est donc pour répondre à des petites annonces que j’ai du appeler… Après avoir bien préparé mon texte introducteur et noté les quelques mots de vocabulaire important je me suis jeté à l’eau. Pour les 3 premiers appels je suis tombé sur le répondeur…mais la quatrième tentative fut la bonne. Cela s’est très bien passé et mon interlocuteur à fait des efforts pour parler doucement, sympa. Nous avons même convenu d’un rendez-vous pour la visite de la chambre, à suivre…

Deux des trois autres personnes contactées m’ont rappelé. L’une des personnes a été très sympa mais sa maison est actuellement complète. Enfin l’autre n’a pas été particulièrement compréhensif. Je visite tout de même l’appartement jeudi en fin d’après midi, à voir.

Même si l’exercice est difficile il est intéressant. De plus, pour la recherche d’une colloc’ cela permet de rapidement se rendre compte si une vie commune peut-être envisagée (car la personne accepte de faire des efforts) ou alors si cela est impossible. Sauf si l’interlocuteur est simplement le propriétaire !

Espérons que je n’aurai pas besoin d’appeler à de trop nombreuses reprises pour cette recherche de logement. Ce n’est pas que je n’ai pas envie d’appeler…mais simplement que j’espère trouver rapidement !

See ya,