Patience patience et paysages désertiques de Tupiza PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Stéphane   
Jeudi, 21 Février 2013 00:42

« Patience », voici un mot qu’il faut souvent avoir en tête lorsqu’on voyage, surtout dans les pays en développement dans lesquels les transports ne sont pas toujours très rapides. Mais en voyage, on en a du temps, et ça tombe bien car on en passe beaucoup dans les transports. En Chine, par exemple, j’avais passé plus de 300 heures dans les transports en trois mois, avec de nombreux trajets entre 15 et 35 heures. Lors de ce mois en Bolivie, c’est probablement près de 7 journées que je vais passer dans les transports. Et celle du 23 décembre est un bon exemple : levé à 7 heures pour aller à la gare routière, nous arriverons à destination vers 23 heures, après avoir pris plusieurs bus et passé près de 3 heures aux frontières Argentine et Bolivienne.

Cactus géant (5 mètres de haut) à Tupiza, en Bolivie

Cactus géant (5 mètres de haut) à Tupiza, en Bolivie

Nous voilà finalement à Tupiza, petite bourgade de 23 000 habitants ; on fait assez rapidement le tour du « centre ville » et de la place principale. Nous sommes le 24 décembre et rapidement on commence à étudier les possibilités pour fêter Noël, on envisage notamment de cuisiner dans l’auberge de jeunesse, en espérant que d’autres personnes feront de même. Des raisons techniques –pas de cuisine adaptée- et de motivation annuleront finalement cette option... On rencontre Inès, une Belge voyageant en Amérique du Sud pour plusieurs mois avec son copain et Anny, une Finlandaise voyageant également pour une longue période. Soit dit en passant, en voyageant quatre semaines je fais parti des « voyageurs de courtes durées », la plupart des autres « routards » sont sur les routes pour 3, 6 ou 12 mois... Ca donne envie ! Bref, nous dinons finalement tous les quatre dans un petit resto de Tupiza, soirée très sympa...mais on n’a pas trop l’impression que c’est Noël.

On n’en a pas l’impression mais il s’agit bien de…notre diner de Noël, à Tupiza (Bolivie)

On n’en a pas l’impression mais il s’agit bien de...notre diner de Noël, à Tupiza (Bolivie)

Comme un cadeau de Noël, nous nous offrons une balade à cheval pour la journée du 25 décembre. On nous avait prévenu et nous avons eu la confirmation en voyant notre guide : faire une excursion le lendemain de Noël est risqué, l’alcool ayant (probablement) coulé à flot pour la fête de la veille…
Je ne sais pas depuis combien de temps je n’étais pas monté à cheval. 5 ans ? 10 ans ? 15 ans ? Heureusement ça revient vite, c’est comme le vélo. Pendant 5 heures nous nous sommes baladés dans cette région plutôt aride, avec tout de même un peu de végétation de temps à autre.

Chevaux dans une rivière asséché à Tupiza, en Bolivie

Chevaux dans une rivière asséché à Tupiza, en Bolivie

Ce tour à cheval est sympa mais nous aurions aimé davantage d’animation. A plusieurs reprises nous avons demandé d’accélérer le rythme, en vain. Il faut dire que ma jument avait manifestement accouché récemment et n’était pas suffisamment en forme pour faire de grandes embardées au galop, dommage.

Me voila à cheval, avec un chapeau à la place d’une bombe... Tupiza, Bolivie

Me voila à cheval, avec un chapeau à la place d’une bombe... Tupiza, Bolivie

On reprend finalement la route en direction de Potosi le jour même. Je souhaitais rester plus longtemps à Tupiza  mais voyager à plusieurs oblige à faire des concessions...

Hasta luego,

 

Commentaires   

 
#1 Thomas bl 21-02-2013 08:55
J'adore tes photos, elles sont digne d'être dans un fascicule de pub ! :)