Rock in Rio : un second billet gratos...et un premier échec PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Stéphane   
Jeudi, 20 Octobre 2011 02:14

(Leitores lusófonos, este artigo também está disponível em Português).

Suite à ma première expérience positive, j’ai tenté de nouveau le concept du « billet gratos contre un sourire » lors de Rock in Rio, le plus grand festival de musique au monde. Je n’allais pas laisser passer cette opportunité !

Vendredi 30 septembre, la journée de travail touche à sa fin. J’enfile un short, change de chaussure, prend ma nouvelle pancarte « Garoto francês oferece um sorriso por um ingresso grátis » (« Garçon français offre un sourire contre un billet gratuit ») puis je prends la direction de la Cidade do Rock avec des collègues. Dans notre petit groupe, certains ont déjà leur billet, d’autres souhaitent l’acheter…et moi j’espère me le faire offrir. A chacun sa technique !

Comme lors du week-end précédent, j’affiche ma pancarte à l’entrée, souriant, rigolant et discutant avec des inconnus. J’essaie également la technique qui a fonctionnée lors de ma première tentative, à savoir aller au contact des gens et leur demander s’ils ont un billet gratuit pour moi tout en leur montrant ma pancarte et en faisant un grand sourire. Mais le public est différent de la semaine précédente, la tête d’affiche de ce vendredi soir est Shakira, contre les Red Hot Chili Peppers le samedi précédent. Et ce vendredi, mon concept plait moins et les réactions du public sont différentes, je sens que ça ne va pas être simple d’obtenir mon billet... Cela ne m’empêche évidemment pas de discuter avec de nombreuses personnes, de me faire offrir des verres et, évidemment, de poser pour des photos. Une ou deux fois je me mets à douter, mais rapidement je me remotive et continue à y croire. Si j’y crois, ça va fonctionner, il faut transmettre une énergie positive ! Je demande à un père de famille qui se trouve la avec sa femme et sa fille, il me regarde un peu bizarrement tout en souriant mais ne me donne pas de réponse. J’engage la conversation puis rapidement j’entends « d’accord, mais tu rentres dans la Cidade do Rock avec nous » ; je ne comprenais pas trop mais je réponds positivement. Il m’annonce alors qu’il a un billet pour moi, c’est gagné ! Il m’explique qu’il souhaite que je l’accompagne jusqu’à l’intérieur pour que je ne revende pas le billet ; ça me semble tellement logique que ça ne m’était même pas venu à l’esprit. On passe donc le premier contrôle puis marchons vers l’entrée officielle. Beto (diminutif de Roberto) m’explique qu’il a trouvé par terre deux billets et qu’ils ne voulaient pas les vendre, il a d’ailleurs donné l’autre à une personne qui voulait lui acheter ! Il m’indique qu’il a comparé ces deux billets avec les siens et qu’ils paraissent vrais, mais il ne peut pas me certifier s’ils vont fonctionner lors du contrôle... Tout en marchant et passant les contrôles de sécurité on rigole bien, il me demande des infos sur le « concept » du billet gratos contre un sourire, etc. On arrive devant les tourniquets, l’heure de vérité a sonné : mon billet va-t-il fonctionner ? Je le mets dans l’emplacement prévu pour le recevoir, une petite croix rouge s’allume... Mauvais. Je l’enlève, le remets…et la flèche verte remplace le symbole rouge, je suis dans la Cidade do Rock ! Beto, sa femme et sa fille entrent également, on se marre et on vient se taper dans le dos. Evidemment, on fait une petite séance photo devant le symbole de Rock in Rio.

Pose photo avec Beto et sa famille, pour mon second « billet gratos contre un sourire » - Rock in Rio

Pose photo avec Beto et sa famille, pour mon second « billet gratos contre un sourire » - Rock in Rio

Après avoir encore remercié Beto et sa famille, je passe le reste de la soirée entre deux groupes d’amis. L’organisation est un peu meilleure que la semaine précédente, notamment pour acheter à manger et à boire, mais j’avoue que je n’ai pas particulièrement aimé le concert de Shakira. Je ne dis pas que ce n’est pas bien, seulement ce n’est pas trop mon type de musique ni de personnage... Ce vendredi la, la recherche du « billet gratos contre un sourire » était presque plus sympa que le concert en lui-même (le concert de Lenny Kravitz, plus tôt dans la soirée, était nettement mieux) !

Retour chez moi en fin de nuit, quelques heures de sommeil puis rapidement il est l’heure de retourner à la Cidade do Rock pour tenter une nouvelle fois d’obtenir un billet gratos contre un sourire. Le dicton « jamais 2 sans 3 » va-t-il s’appliquer ? Rien est moins sur. La programmation de ce samedi 01 octobre est bien sympa : Mana, Maroon 5 puis Coldplay.

Je suis encore dans le bus que déjà, par la fenêtre, des « vendeurs ambulants » me demandent si j’ai des billets à leur vendre. D’après ce que j’ai entendu à droite ou à gauche, ils proposaient jusqu’à 400 Réaux (165 €) pour acheter les billets, soit nettement plus cher que les prix publics lors de la vente officiel. Tout le long du trajet entre l’arrêt de bus et l’entrée dans la Cidade do Rock, lorsque ma pancarte n’est pas lisible, des gens me demandent si j’ai des billets à vendre. Y aurait-il déjà pénurie ?

Me voila de nouveau à l’entrée de la Cidade do Rock, je discute un peu avec les hommes de la sécurité, à force de trainer dans les parages avec ma pancarte ils me connaissent ! Comme la veille, j’alterne l’affichage de ma pancarte avec les demandes directes aux groupes de personnes. Comme les autres jours, je discute avec pleins de monde, fais quelques séances photos et je réponds aux plus pessimistes que « je ne sais pas du tout si ça fonctionnera de nouveau mais que j’ai déjà reçu deux fois un billet gratuit », ils sont toujours très surpris. Les heures passent, les « désolé, je n’ai pas de billet en plus » se multiplient... Un important groupe de personnes qui veulent acheter des billets s’est maintenant formé, réduisant mes chances de réussite, même si les gens qui me donnent des billets ne cherchent généralement pas à les vendre. Pendant ce temps les concerts se déroulent… Je rencontre et discute avec des gens qui cherchent, en vain, des billets ; ils sont maintenant plus nombreux que les détenteurs du fameux sésame. Un regroupement se créé à proximité, un vendeur sort des billets de sa poche. Il est prit d’assaut et les gens se battent presque pour acheter ces petits morceaux de papiers. J’observe la scène, entre amusement et désolation. Alors que je discute avec Ana, une Brésilienne qui cherche également un billet, on voit passer devant nous un homme torse nu qui a marqué, à même sa peau « achète billet », certains vont jusqu’à mettre leur corps à contribution ! Vers 22h00 ou 22h30, on croise 2 personnes avec qui on avait déjà discuté, ils viennent d’acheter des tickets d’entrée pour… 600 réaux (250 €) l’unité, de la folie ! Avec Ana on se dit qu’on a vraiment très peu de chances de trouver les fameux billets ; tant pis ! Au final on restera à discuter vers l’entrée de la Cidade do Rock, bavardant à droite et à gauche avec d’autres personnes qui n’ont pas réussi à rentrer. C’est mon premier échec du « billet gratos contre un sourire », ça ne peut pas marcher à chaque fois !

C’est dommage pour les concerts mais ce n’est pas bien grave, je passe malgré tout une très bonne soirée à rencontrer et à discuter avec pleins de monde.

Le village de Rock in Rio, que je n’ai pas eu l’occasion de voir une troisième fois

Le village de Rock in Rio, que je n’ai pas eu l’occasion de voir une troisième fois

Cet échec n’est pas bien important. Ceux qui ont lu mon premier article sur le sujet le savent : ce « sourire pour un billet gratos » est avant tout l’occasion de rencontrer de nouvelles personnes, d’échanger avec des gens différents, etc. et tout cela a été largement le cas lors de ces 3 « chasses aux billets gratuits ». Et puis c’est rigolo de croiser plusieurs jours durant les mêmes personnes, le samedi soir de nombreux gens qui m’avaient vu la veille sont venues me demander si ça avait fonctionné, comment j’avais réussi à rentrer, etc.

Ca également été assez drôle lors des jours qui ont suivi Rock in Rio. Que se soit à la plage ou dans un bar, plusieurs personnes m’ont reconnus et sont venus discuter avec moi pour savoir si ça avait vraiment fonctionné, pour me dire qu’ils avaient apprécié l’originalité du concept, etc. Je ne pensais pas être reconnu même après l’évènement !

En tout cas ces nouvelles expériences de « billet gratuit contre un sourire » ont été très sympas, j’ai pris beaucoup de plaisir à partir à la rencontre des inconnus et à discuter avec des personnes très variées. Encore merci à Sarah pour le concept. Et je recommencerai, c’est certain.

Até logo,

 

Commentaires   

 
#1 sarah 20-10-2011 09:10
Ca me rassure, tu n'as pas fait mieux que moi pour Coldplay à Rio... :-) à chaque fois, c'est super dur avec ce groupe!! mais Red Hot et Shakira, c'est déjà un bon bilan!! tu as encore du temps pour amélirer la technique avant le Mondial au Brésil!! bises
 
 
#2 tati_luz 20-10-2011 11:27
Très bien, tu as reússi 2 fois !! Bravo !!!
 
 
#3 Thomas 20-10-2011 18:07
Comme dirait Barney Stinson (oui bon ok, chacun ses références), c'est "2 out of 3 times"!
Enfin belle idée, ça reveille un peu d'humain en nous encore ! =)