Ilha Grande, sa belle forêt tropicale et ses superbes plages PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Stéphane   
Mercredi, 25 Mai 2011 23:28

Ilha Grande, île d’environ 200 Km² située à une centaine de kilomètres au sud de Rio de Janeiro, a d’abord été un repère de la « force du mal ». Pendant de longues années, cette île a été respectivement un repère de pirates, puis une léproserie avant de devenir une prison retenant les criminels les plus dangereux du pays. Pas très attrayant pour y passer quelques jours...

La « seconde vie » d’Ilha Grande est bien différente. La « Vila do Abraão », l’endroit le plus développé de l’île, s’est transformé au cours des dernières décennies, laissant le petit village de pécheurs devenir une petite station balnéaire. Il faut dire que l’île a de quoi attirer les touristes, notamment Cariocas par la proximité géographique, que se soit par ses forêts tropicales qui occupent 95% du territoire ou par ses nombreuses et splendides plages.

C’est finalement avec Maria, une amie française de longue date, que j’ai été passé quelques jours à Ilha Grande au mois d’avril. Nous avons profité d’un feriado au Brésil pour sortir un peu de la ville de Rio et découvrir la beauté de la nature de la « Costa Verde » (Côte Verte).

Vue depuis la balade reliant la Vila de Abraão à la Praia do Pouso – Ilha Grande

Vue depuis la balade reliant la Vila de Abraão à la Praia do Pouso – Ilha Grande

Comme toujours, je n’avais ni préparé le week-end ni réservé de logement. Je planifie déjà les choses au travail, je ne vais pas en plus le faire dans ma vie quotidienne ! Du coup, à quelques jours du week-end, lorsque tous les Cariocas m’ont dit qu’il me fallait absolument réserver un logement, toutes les auberges de jeunesse, pousadas et camping étaient complets. Nous avons finalement emmené la tente et les duvets et, comme toujours, avons trouvé une petite place dans l’un des campings. Quand je dis « petite place », comprendre « un morceau de terre / herbe de la taille de la tente, avec 20 cm de passage chaque côté, avec donc des voisins bien proches ». J’ai découvert le camping à la Brésilienne, et, croyez moi, j’ai regretté les emplacements de camping français !

La Praia Preta, avec son étrange sable noir - Ilha Grande

La Praia Preta, avec son étrange sable noir - Ilha Grande

Durant trois jours, nous nous sommes baladés sur l’île, au milieu des forêts tropicales, passant de plage en plage, toutes plus belles les unes que les autres. Avec, notamment, un passage sur la Praia Preta le premier jour. Comme son nom le sous entend, le sable de cette petite plage est noir ! Si l’un des lecteurs peut m’expliquer pourquoi le sable de cette plage est noir, ça m’intéresse...

La petite mais jolie et calme Praia do Pouso – Ilha Grande

La petite mais jolie et calme Praia do Pouso – Ilha Grande

Le second jour, nous avons pris la direction de la pointe Est de l’île. Le chemin à travers la forêt tropicale est agréable, alternant passages de collines et petites plages ou criques, généralement assez tranquilles. Après une pause pique-nique à la Praia do Pouso, nous avons atteint la renommée plage de Lopes Mendes. Splendide, cette plage est réputée pour être dans le « top 5 » des plus belles plages du brésil. Un sable blanc craquant sous les pieds, la forêt en bordure de plage, les collines vertes en arrière plan et une belle eau turquoise. Le panorama est superbe !

La Praia Lopes Mendes, l’une des plus belles plages du Brésil – Ilha Grande

La Praia Lopes Mendes, l’une des plus belles plages du Brésil – Ilha Grande

Ce n’est pas une nouveauté en soi, mais j’ai été marqué par le peu de Brésiliens que l’on croise sur les chemins de randonnées. Autour de la Vila de Abraão et sur quelques chemins très faciles et de courtes distances il y a des Brésiliens, mais dès qu’on marche quelques dizaines de minutes de plus –toujours sur des chemins faciles- on ne croise plus personnes. L’île était pourtant pleine et il ne restait plus aucun logement, mais il est facile de sortir de la foule et de trouver du calme. Manifestement, les Brésiliens préfèrent rejoindre les plages entassées sur des bateaux qu’à pied au milieu des forêts. Tant mieux pour ceux qui marchent, mais ça reste étonnant ! Alors évidemment on croise quelques Brésiliens sur les chemins et je ne dis pas que tous prennent le bateau, mais dans l’ensemble, la marche ne semble pas être leur activité favorite !

Sable jaune, collines vertes et mer bleue de la Praia do Pouso – Ilha Grande

Sable jaune, collines vertes et mer bleue de la Praia do Pouso – Ilha Grande

De la verdure de la forêt aux blancs et jaunes du sable en passant par le bleu du ciel ou l’eau transparente, les paysages d’Ilha Grande sont vraiment splendides. On s’y sent vraiment en vacances et on décroche totalement de la vie quotidienne.

Eaux turquoises l’Ilha Grande, dépaysement garantie

Eaux turquoises l’Ilha Grande, dépaysement garantie

Les soirées à la Vila de Abraão étaient notamment rythmées par les cours de dance sur les quais. Pour ce week-end prolongé, des artistes avaient été conviés pour donner des cours de danses Brésiliennes, de la salsa au forró du Nordeste en passant par le zouk. Je ne connaissais pas cette dernière dance et c’est sympa à voir (à voir, car à faire, j’en suis bien incapable, même avec les cours !). Les artistes invités étaient vraiment bons, autant en danse qu’en pédagogie, et les gens jouaient bien le jeu, sympa.

La chose qui a manqué durant ce week-end prolongé est que nous n’avons pas rencontré d’autres personnes. Moi qui aime particulièrement rencontrer d’autres voyageurs ou locaux lorsque je sors de Rio, j’ai trouvé ça dommage. C’est malheureusement le problème quand je voyage avec une femme, les gens pensent, à tord !, que nous sommes un couple et n’osent pas venir nous parler. Dommage, car on aurait souhaité se faire des amis de voyage !

Cours de danse (zouk, salsa, forró, etc.) à Ilha Grande

Cours de danse (zouk, salsa, forró, etc.) à Ilha Grande

Nos deux tentatives pour rejoindre le Pico do Papagaio, à 959 mètres d’altitude, ont échouées. Lors de la première, nous avons tout simplement raté le début du chemin...nous avons donc continué à marcher sur la route sur laquelle nous nous trouvions jusqu’à arriver à la plage de Dois Rios. Ce n’était pas voulu, mais cette plage est jolie et calme donc notre erreur n’était pas trop grave. Nous avions alors prévu d’y retourner le lendemain, pour le dernier jour. La météo en aura décidé autrement : les 2-3 gouttes qui tombaient lors de notre petit déjeuné se sont vite transformées en grosses pluies torrentielles. Le pliage de la tente a été humide, et nous avons même du quitter le camping plus rapidement que prévu. En effet, plusieurs personnes nous ont indiqué que le niveau de l’eau était en train de monter dans les rues de la Vila de Abraão et que si nous attendions, nous ne serions pas sur de pouvoir rejoindre l’embarcadère. Des Brésiliens –probablement d’origine Marseillaise !- nous ont dit qu’il y avait de l’eau jusqu’à la poitrine… Nous en avions finalement jusqu’aux genoux, et c’est déjà pas mal… Fin agitée d’un week-end tranquille.

Bord de mer à Ilha Grande

Bord de mer à Ilha Grande

Ilha Grande est assurément un endroit ou je retournerai, notamment pour voir l’autre côté de l’île, plus sauvage, mais également pour aller au fameux Pico do Papagaio...

N’hésitez pas à faire un tour dans l’album photos de ce week-end à Ilha Grande.

Até logo,

 

Commentaires   

 
#1 Toothbrush 26-05-2011 11:55
Je ne sais pas si c'est le cas au Brésil, mais à la Réunion il y a des plages de sable noir du fait de l'origine volcanique de l'île. Il y a également des plages de sable noir en Nouvelle-Zélande.
 
 
#2 Gilbert 03-06-2011 10:39
Absolument magnifique, c'est un vrai paradis d'après vos photos, un grand merci pour ce partage
 
 
#3 mimine 07-06-2011 15:20
Ca fait rêver Steph! Merci pour ces belles photos!!!! Une bonne odeur de vacances!!!!!
 
 
#4 Muuuhhh 09-06-2011 08:36
Rhooo, de suite, tu vois le mal avec les marseillais...
Je suis sûre qu'ils n'exagéraient pas vraiment, ils étaient simplement petits...

;)
 
 
#5 Aïssatou 09-06-2011 16:17
Les photos sont superbes !
Até logo =)
 
 
#6 LadyMilonguera 21-02-2012 15:50
le sable noir n'aurait-il pas une origine volcanique ?
Sinon, le fait que les brésiliens ne soient pas de grands marcheurs permets aux quelques personnes qui le souhaitent de se trouver à l'écart de la foule et ça, c'est carrément génial. C'est grâce à la paresse des touristes et des chinois que j'ai pu me retrouver quasiment seule sur le Grande Muraille... C'était trop génial !!!