Les contacts physiques au Brésil, ou le grand écart culturel avec la Chine PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Stéphane   
Mardi, 04 Mai 2010 02:48

Si on regarde une carte du monde centrée sur l’Europe, on a la Chine à l’extrémité Est et la Brésil à l’Ouest. Ces pays se retrouvent (géographiquement) opposés, même si bien évidemment tout dépend de sa vision du monde. Et si cette opposition géographique se retrouve dans un trait culturel de ces deux « géants » en développement, c’est bien dans les contacts physiques entre humains.

En Chine, d’une manière générale, il y a peu de contacts physiques – hormis ceux dans les transports en communs qui, il faut l’avouer, peuvent être importants voire « violents ». En tant qu’homme, on peut serrer la main pour saluer un Chinois, même si c’est un geste relativement récent pour eux cela est maintenant bien répandu. Pour dire bonjour à une femme, on peut également lui serrer la main, mais il ne faut surtout pas lui faire « la bise » comme nous avons l’habitude de le faire en France. Même avec des amies, on ne provoque pas un contact physique entre les visages pour se saluer, on dit seulement « ni hao » (bonjour) en gardant ses distances. Lors d’un voyage officiel en Chine, un président avait « fait la bise » à une étudiante chinoise et cela avait choqué tout le monde !! Alors bien sur, certaines chinoises font la bise, mais c’est très généralement car elles connaissent les coutumes des « laowai » (étrangers) qu’elles fréquentent. Les très rares contacts physiques que j’ai vu en Chine avaient généralement lieu dans les gares ferroviaire, lors de retrouvailles entre membres de la famille (ou amis, je ne sais pas). Mais cela est rare.

Maintenant que je suis de « l’autre côté du monde », les choses sont bien différentes. Au Brésil, la culture latine est plus présente et ça se sent ! Il n’y a pas vraiment de « règles » pour se saluer, ça dépend vraiment des gens. Entre un homme et une femme ou entre deux femmes, ça peut être soit juste un « hug » (« étreinte » en français ?), soit la bise (deux à Rio et, parait-il, une seule à Sao Paulo), soit tenir la personne par les mains, ou un mix de tout ça ! Entre homme, les Brésiliens se serrent la main. Mais la encore il y a une spécificité locale : le serrage de main est toujours accompagné d’une petite tape amicale sur l’épaule ou dans le dos. Ca devient plus étonnant lorsque deux hommes proches (famille ou amis proche) se saluent, la tape sur l’épaule est complétée par une « caresse sur le ventre ». Ca surprend ! Quoi qu’il en soit, et contrairement à la Chine, il y a toujours un contact physique pour se saluer, nous ne sommes pas dans un pays Latino pour rien !

Mais ce ne sont pas les contacts physiques entre ami(e)s qui m’étonnent le plus, mais ceux dans le cadre professionnel, au sens large. Je me souviens notamment un rendez-vous avec une neurologue –pas celle qui me suis habituellement, mais une autre- ou à la fin de la première (et seule) consultation elle m’a fait un long hug et une bise appuyée. Je ne m’y attendais pas trop (et pour les mauvaises langues, elle ne faisait pas ça qu’avec moi) ! En entreprise, les contacts physiques sont également nettement plus présents qu’en France. Les Brésiliens font souvent une tape amicale sur l’épaule lorsqu’ils croisent un collègue. Ils peuvent aussi poser la main sur l’épaule d’un collègue assis pendant qu’ils discutent avec une autre personne (ils demandent généralement « comment ça va ? » avant de poser la main). Ces contacts sont, bien sur, également présents chez les femmes. En entreprise, je vois régulièrement des femmes se faire des « câlins » (différent des hugs) ou de vrais bisous sur la joue, en pleine journée, comme ça. Je n’ai jamais vu ça en France, et encore moins en Chine, évidemment. D’ailleurs des français sont venus travailler quelques jours à Rio et c’est l’une des choses qui les a le plus surpris dans le cadre professionnel.

Quand on reprend une carte du monde centrée sur l’Europe, on se rend compte que la représentation géographique avec la Chine d’un côté, l’Europe au milieu et le Brésil de l’autre côté est également une schématisation des différences culturelles concernant les contacts humains : la Chine d’un côté, le Brésil de l’autre et l’Europe entre deux.

Autant vous dire que ma surprise était toujours importante lorsqu’en Chine, je croisais mes amies Brésiliennes. Alors que j’étais habitué à dire bonjour « de loin » avec les Chinoises, je redevenais latin quelques instants pour une vraie étreinte appuyée. Je dois bien avouer que, sur ce point, je trouve la culture Brésilienne nettement plus sympa !

Até logo,

 

Commentaires   

 
#1 Fjord 05-05-2010 08:57
Salut Steph,
Effectivement, le contact latino est beaucoup plus sympa !
D'un autre côté, ça m'arrange qu'il subsiste une distance avec certain(e)s collègue(s) avec qui je n'ai absolument aucune affinité ! Finalement, le côté "tempéré" européen me convient bien !
Bizouxxxx
 
 
#2 Steph 06-05-2010 02:49
Hey Fjord,

Tu n'es pas obligé de faire un calin à tous tes collègues non plus ;)
Beijos
 
 
#3 Gwenn 09-05-2010 22:18
Ouiiiii, vive les calins!

D'ailleurs je t'envoie un gros hug de Suisse!
C'est ptetre pas aussi bien que les calins brésiliens mais c'est tout ce que j'ai en stock ;)

Bisous