Mal au cœur PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Stéphane   
Lundi, 14 Avril 2008 13:09

Plus de 100 millions de personnes en Chine vivent sous le seuil de pauvreté d’un dollar US par jour. Comme je vous l’ai indiqué précédemment, la disparité des richesses entre l’Est et l’Ouest du pays est très importante ; de même les campagnes sont beaucoup plus pauvres que les villes.

Alors même si certains quartiers (cf. photos) sont assez pauvres –que ce soit à Hangzhou ou Shanghai- et que cela choque, les habitants ont l’air (est-ce vraiment la réalité ?!) de pouvoir manger correctement. Un chinois me disait d’ailleurs qu’ici tout le monde doit pouvoir manger, notamment car le riz est abordable pour (presque) tous (hier au supermarché, la personne devant moi avait 6 Kg de riz pour 1,5€).

Il y a par contre des images que j’ai trouvé très choquantes et qui me donnent une sensation de mal être rien que d’y penser : la situation de certains mendiants. Jamais auparavant je n’avais vu des situations aussi difficiles. Alors bien sur j’ai peu voyagé et je n’ai surtout jamais été dans les pays du tiers monde, alors bien sur je savais que cela existait, mais le voir de ses propres yeux, c’est autre chose.

Je me rappelle de cette première fois ou j’ai vu ces mendiants, c’était au Temple Lingyin. Sur le chemin du retour de la colline ou nous nous étions rendus avec l’Australien, nous avons croisé plusieurs mendiants, tous dans des situations plus catastrophiques les unes que les autres. La plupart étaient amputés de plusieurs membres (voir des quatre) et tous souffraient de malformations physiques.

J’ai également rencontré ces cas extrêmes en ville, notamment dans les endroits très fréquentés et/ou touristiques. La encore les situations de ces personnes étaient absolument atroces. J’ai en tête des images d’humains qui étaient manifestement en train de mourir en pleine ville allongé sur un trottoir.

Il y a un point commun à toute ces situations : l’indifférence générale des passants. Tous marchent comme si de rien était, alors que pour ma part ça me retourne la tête et le corps à chaque fois. Mais que faire ? Faut-il faire quelque chose ? La réponse de n’importe quel humain serait « évidemment ». Pourtant, aucun chinois n’a bougé pour eux…et je n’ai pas bougé non plus. Dois-je appeler la police, en sachant que je ne parle pas chinois (et eux pas anglais) ? Dois-je arrêter les passants jusqu'à ce que l’un d’eux comprennent l’anglais ? Dois-je donner des pièces ou des billets à ces mendiants, sachant que la plupart ne pourront même pas l’utiliser s’ils ne se la font pas voler. Je n’ai pas de réponses à ces questions. Plutôt si, j’en ai une de réponse, et elle est positive. Mais je n’agis pas comme ma conscience me le dit. Pourquoi ? La vraie question est plutôt celle-ci...

Alors oui, la Chine est un immense pays avec une croissance économique de 10% tous les ans, mais certaines images d’une rare violence rappellent que la pauvreté est encore largement présente ici. Voir cela fait vraiment mal au cœur et fait réfléchir…

Toujours est-il que l’humain est parfois bien égoïste, et c’est mon cas lorsque je passe devant ces personnes. Quelle honte.

See ya,


Edition de l’article le 07 juin 2008.

Voici un court extrait du livre Comprendre la Chine d’aujourd’hui, de Jean-Luc Domenach, sinologue français.

« Encore les hasards du quotidien. A quelques dizaines de mètres de notre résidence, un homme est étendu à même le macadam de la ruelle, comme soûl, agité de spasmes. A côté, les gens vaquent, et l’on bavarde devant le marchand de légumes. Je m’approche et demande ce qui se passe. On me répond d’abord qu’il est ivre, puis, comme j’insiste, un homme à l’allure professorale me dit sur un ton agacé qu’il est malade, et je comprends qu’il est épileptique. Je demande si l’on a appelé un médecin : oui, me dit-on, et comme je parais tout de même étonné de l’indifférence générale, on me désigne une femme, qui n’a d’ailleurs pas l’air tellement concernée – c’est son épouse. Traduction : celle qui doit s’occuper de lui est là, mêlez-vous de ce qui vous regarde.

Il n’empêche : tant d’indifférence m’étonne, surtout dans un quartier aussi peuplé, où les gens vivent beaucoup dehors. Je me souviens de cette mendiante vue à Shanghai il y a cinq ans dans un incroyable état de délabrement physique, et de cet autre malheureux étendu en pleine rue à Jiujiang, que les voitures se contentaient d’éviter, parfois de peu. Plus récemment, même spectacle au carrefour d’Andingmenqiao. Et je me rappelle encore ces récits de missionnaires du XIXème siècle stupéfaits par cette misère négligée de tous, par les nouveaux-nés abandonnés sur des détritus. Au bas des remparts de Pékin, personne ne se préoccupait alors de ramasser les cadavres des vieilles prostituées à trois sous... »

Jean-Luc Domenach, Comprendre la Chine d’aujourd’hui, 10 septembre 2002 – De l’indifférence, P57, Editions Perrin Asie.

 

 

Commentaires   

 
#1 Emilien 14-04-2008 14:57
Scène vécue également en Roumanie, avec des gamins lépreux en déperdition sur le trottoir. Très dur, et comme tu dis, que faire ? La culpabilité de passer à côté sans rien faire, en tant que touriste occidental, est très forte et c'est bien normal...
 
 
#2 Anne Rochette 15-04-2008 20:01
je n\\\'ai pas non plus de réponse à cette question et j\\\'ai aussi été confronté à ça en Afrique... Mais ce que je sais, c\\\'est que ça aide à rester humain parmi les humains, à ne pas s\\\'aveugler et se perdre dans le confort et la sécurité.
Salut à toi grand découvreur des contrées étranges
 
 
#3 Aline 15-04-2008 22:06
Hello Steph,

Effectivement, être face à la pauvreté, la maladie et l'indifférence générale doit être compliqué à vivre ...
Oui, l'être humain est parfois égoïste, c'est évident ... Mais en aucun cas, tu ne dois avoir honte pour la simple et bonne raison qu'il n'y a malheureusement pas vraiment de solution que tu puisses apporter ... (Comme tu l'as toi même noté ...)

Bisous !!
 
 
#4 Mimine 20-04-2008 18:35
C'est vrai que les situations ne sont pas toujours évidentes!
Lorsque j'ai fait le circuit complet de la Chine avec un guide chinois, il nous a expliqué qu'un réel trafic en parralèle existait:
Des enfants sont kidnappés très jeunes, on leur coupe les membres et ensuite ils sont envoyés dans la rue pour mendier.

C'est encore pire d'imaginer cela...

(Sinon bienvenue dans ton nouvel appart qui va te donner un souffle latin ;-)

bisous
 
 
#5 Thomas Carrier 25-05-2008 10:09
Salut mec,

Bravo pour ce site, incroyable!

Je suis tombe direct sur cet article...

C'est un sujet recurant dans bcp de pays, et mon approche a l'etranger, est de rechercher une assoce ou initiative plutot locale, pour effectuer une donation pendant mon sejour.

Deux raisons:
- Le fait de te renseigner sur de telles activites te permet de glaner de l'info de qualite sur le vrai du faux, et les solutions envisagees par les locaux de bonne volontee (ou tout simplement humain)
- Apres avoir donne, ton coeur se retourne toujours, mais tu commence a pouvoir echanger des regards gentils, plus juste, parce que tu es plus en paix avec toi meme...

Une solution...

See ya

Thomas, des Hangzhou Harlequins Rugby Club
PS: Ca dechire vraiment ce site!
 
 
#6 St 25-05-2008 12:57
Bonjour à tous,

Merci pour vos commentaires.

Tom, sympa de te retrouver par ici et merci pour tes commentaires sur le site, tant mieux si il plait :-)

Merci pour ta solution, la démarche est vraiment intéressante et semble appropriée. Je vais réfléchir à tous ça...

See ya,