L’importance du confucianisme dans les comportements humains PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Stéphane   
Jeudi, 27 Mars 2008 11:57

Alors que j’étais en train d’écrire un article sur la notion de la « face » en Chine, je me suis rendu compte que je n’avais encore jamais évoqué le confucianisme sur ce site. Ce courant de penser est pourtant absolument fondamental à connaître pour comprendre de très nombreux comportements des chinois aujourd’hui.

Avant de développer des anecdotes de la vie illustrant les attitudes des chinois, je vous propose cet article sur le confucianisme. Ces quelques lignes sont directement extraites de mon mémoire intermédiaire.

« Le confucianisme est le courant le plus ancien de la Chine. Il est basé sur l’enseignement de Confucius, il y a environ 2 500 ans. La dynastie Han (202 avant J-C – 220 après J-C) l’a décrété comme vecteur idéologique de base en la déclarant philosophie officielle de l’Etat.

La base de cette doctrine est la morale, un guide de vie, des règles de comportement. Confucius ne prétend pas apporter de nouveauté mais simplement remettre en place les règles existantes. Il aurait mis en forme des règles de base qui existaient avant lui et ses disciples les ont mises par écrit. L’éthique humaine, sociale et politique est basée sur le respect d’un code moral avec des lignes de conduite ; la plus connue de celles-ci est « ne fais pas à autrui ce que tu n'aimerais pas qu'il te fasse ». Voici trois points essentiels du confucianisme que nous propose Bruno Marion dans son livre (Bruno Marion, Réussir avec les Asiatiques, Editions d’Organisation, avril 2006) : »

  • « L’humanité. C’est l’ensemble des comportements que vous devez respecter dans les relations humaines. On y trouve les liens indissociables entre père et fils, la loyauté entre maître et sujet, la discrimination entre hommes et femmes, le respect des anciens, la confiance entre amis.
  • La relation (guanxi). Ce terme désigne à la fois votre réseau et chacune des personnes qui en font partie.
  • La face. C’est à la fois le prestige social (mianzi) et la confiance de la société dans l’intégrité morale et sociale d’un individu (lian).

On peut aussi mettre en avant les règles suivantes qui découlent de ces principes :

  • Les dirigeants du pays doivent être les plus compétents.
  • Chaque membre de la société a un rôle qui, s’il est accompli convenablement, induit une société plus juste.
  • Les réussites personnelles sont subordonnées à celles du groupe »

Ces quelques règles se retrouvent quotidiennement dans le comportement des chinois, c’est vraiment étonnant. Je posterai l’article sur la notion de face dans les prochains jours avant de poursuivre avec des petites histoires illustrant la vie quotidienne dans l’Empire du Milieu.

See ya,